Sortie à La Givrine

Compte-Rendu par Bernard Desponds

Afin de préparer la rencontre de dimanche à La Givrine, Isabelle et l’auteur de ce message sont allés en repérage la veille, soit le samedi après-midi.

Le temps était gris mais sec. Nous avons dans un premier temps décidé d’aller en direction de Couvaloup de part et d’autre du chemin dans le pâturage et dans la forêt.

Forêt peuplée d’épicéas, d’érables, de hêtres et de sorbiers.

Ces derniers montrent des sorbes rouges en grande quantité et ils sont à leur avantage dans cette ambiance verte.

Dans une allée déboisée, probablement une ancienne zone d’accès pour travaux forestiers nous y rencontrons quelques mycètes:

Sur Lonicera, Dasyscyphus barbatus; Melanoleuca cognata dans l’herbe du chemin; Fomitopsis pinicola; Schizophyllum commune, regonflé, rosâtre de bien-être et juste à côté Trametes hirsuta; dan un couloir de ruissellement, sous des orties, Clitocybe ditopa, sentant fortement la farine rance et montrant sous le microscope des spores minuscules de 3,5 mu en moyenne; sur les tiges d’orties de l’année précédentes, des petites mamelles pointues (à la loupe), Leptosphaeria acuta.

Voilà pour samedi!
Dimanche nous nous retrouvons sous la pluie à La Givrine.

Il y a Anne-Marie qui est venue avec moi depuis Gland, Théo et Eva sont sur place. Nous décidons d’aller boire un café avec l’idée absurde que la pluie va cesser.

Jean-Jacques vient nous rejoindre au café.

Il pleut toujours. Nous partons et choisissons de nous diriger en suivant le chemin dans la forêt qui se trouve au-dessus du restaurant.

Nous trouvons quelques espèces sur des branches qui jonchent le sol, dans une plantation d’érables: Tyromyces chioneus, des pores de 3,5 à 4 mu, étroites, réniformes; Pycnoporus cinnabarinus, un peu de couleur dans l’ambiance ruisselante et grise; Cyathus striatus, JJR explique les différences entre les autres espèces du genre; Trametes versicolor; JJR trouve, Baeospora myosura sous épicéa; Rhytisma acerinum, ce petit raccommodage noire que l’on peut fréquemment voire sur les feuilles su sycomore, il faudra attendre le printemps pour en voir les spores; à nouveau Fomitopsis pinicola; Marasmius rotula avec son collarium à la Mao; Hymenopellis radicata avec un port bizarre.

Sur le chemin du retour, la président de la SMG, résume la balade « Ce matin il n’a plu qu’une fois ».

Il est 11h30, nous sommes aux voitures, nous pratiquons le « selfie », Théo est à la manoeuvre. Le résultat est attaché à ce mot.

Dans la voiture, l’humidité est partout, il pleut toujours, il faut mettre le chauffage.

Nous avons été sevré de pluie pendant trois mois, alors soyons excessifs; cette sortie sous la pluie! ce fut merveilleux.

Amicaux messages. BD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.